Vue d’ensemble de l’Accord Trans-Pacifique

Le Mexique et 11 autres pays, à savoir, les Etats-Unis (EUA), le Canada, le Chili, le Pérou, le Japon (avec lesquels le Mexique avait déjà des accords de libre-échange, « ALE »), la Malaisie, Singapour, la Nouvelle Zélande, l’Australie, le Vietnam et le Brunei (avec lesquels le Mexique n’a pas encore négocié des ALE) ont ratifié aujourd’hui  l’Accord Trans-Pacifique (« TPP »). Celui-ci est très important pour le Mexique car il va amener de nouvelles opportunités d’échange, de croissance économique et il va également contribuer à  faire de l’Amérique du Nord, la région la plus compétitive au monde. 

Le TPP fixe des standards communs et il diminue les droits de douane entre les 12 économies de l’Océan Pacifique. Ainsi, il crét une zone de libre-échange dans la région Asie-Pacifique, laquelle représente 40% de l’économie mondiale.

Le TPP a 5 caractéristiques principales :

Premièrement, il est donne un accès complet au marché : le TPP va supprimer ou réduire les barrières tarifaires et non-tarifaires au travers de tout l’échange.

Deuxièmement, il favorise les engagements au niveau régional: Le PPT  met en place des chaînes d’approvisionnement clés et favorise le libre-échange, y compris sur le marché local.

Troisièmement, il va s’occuper d’un nouveau type d’échange : le TPP promeut innovation, productivité, et compétitivité des nouvelles questions, comme par exemple l’économie de l’ère digitale.

Quatrièmement, il fournit un échange inclusif : le TPP inclut de nouveaux éléments dont les économies á n’importe quel niveau de développement peuvent en tirer profit, y compris l’habilité de construire de nouvelles économies.

Finalement, il fonctionne comme une plateforme pour l’intégration régionale : le TPP est censé constituer une plateforme pour l’intégration régionale des économies.

Les négociations du TPP ont débuté en 2008 et elles ont été très controversées à cause des pourparlers secrets entamées pendant les 5 dernières années, ainsi qu’à cause des importantes différences de législation dans les secteurs de l’automobile, de l’agriculture, de la propriété intellectuelle et des produits pharmaceutiques.

Pour que le TPP entre en vigueur, il faut encore que le Congrès ou l’équivalent, de chaque Etat membre donne son approbation. Cependant, celui-ci semble n’être qu’une simple formalité précédant  son entrée en vigueur.

Dès que le traité deviendra public, on va fournir une analyse plus spécifique de l’application du TPP.